Cliquez ici si ce message ne s'affiche pas correctement
FondapolUn Think Tank libéral, progressiste et européen

fondapol.mag - 22 janvier 2021

Nouvelle étude

Souveraineté économique : entre ambitions et réalités
par Emmanuel Combe et Sarah Guillou
Janvier 2021

Souveraineté économique : entre ambitions et réalités

La pandémie de Covid-19 a conduit à un retour au premier plan de la question de la souveraineté économique, tout particulièrement en France. L'enjeu est de savoir quel contenu exact donner à cette notion. Cet exercice apparaît doublement nécessaire, car il permet tout à la fois d'éviter les écueils d'une politique de repli massif et de définir les contours d'une politique réaliste et efficace de souveraineté.
Dans une acception maximaliste, la souveraineté économique conduirait à préconiser un retour à une certaine autarcie : pour ne dépendre de personne, un pays devrait en quelque sorte se mettre « hors du monde ». Nous montrons qu'une telle politique conduit à une impasse et qu'elle est même quasiment impossible. Une politique d'inspiration mercantiliste, qui viserait à réduire les importations, aurait quant à elle des effets opposés à ceux recherchés. En définitive, autarcie comme mercantilisme peuvent jouer contre les performances de l'économie et se révéler contradictoires avec un objectif de souveraineté économique.
Dès lors que l'on écarte ces deux visions, la souveraineté économique consiste pour l'essentiel à s'assurer de la disponibilité de certaines productions jugées essentielles. Elle peut justifier, sous certaines conditions, de mener des politiques actives de relocalisation de produits jugés stratégiques, mais aussi d'engager une politique industrielle de rattrapage technologique.

Lire l'étude


Les études de la série « Relocaliser – Décarboner – Rapatrier » :

Relocaliser en décarbonant grâce à l'énergie nucléaire
 

Relocaliser en décarbonant grâce à l'énergie nucléaire
par Valérie Faudon
Janvier 2021

Cette étude montre comment le nucléaire est en France non seulement un outil de souveraineté permettant de résister aux chocs énergétiques mais aussi un facteur de compétitivité-coût favorisant l'attractivité internationale du pays pour les industriels et un vecteur de compétences, terreau d'une possible réindustrialisation au cœur des territoires. Enfin, la filière nucléaire française s'impose comme un opérateur clé de la décarbonation, non seulement parce que l'empreinte carbone des produits et des services est amenée à devenir un nouveau facteur de compétitivité mais aussi parce qu'elle permet à notre pays de se positionner dans les secteurs de demain gros consommateurs d'électricité.

Lire l'étude
 

Relocalisations : laisser les entreprises décider et protéger leur actionnariat
 

Relocalisations : laisser les entreprises décider et protéger leur actionnariat
par Frédéric Gonand
Septembre 2020

Cette étude rappelle que les choix de localisation de sites de production sont créateurs de richesse. Le pouvoir de décision des chefs d'entreprise en la matière doit être préservé, notamment pour des raisons d'efficacité économique. Une concurrence devrait émerger entre pays européens pour accueillir les relocalisations industrielles. Elle appelle des mesures tangibles de soutien à l'industrie et à l'attractivité en France.

Lire l'étude
 

Europe : la transition bas carbone, un bon usage de la souveraineté
 

Europe : la transition bas carbone, un bon usage de la souveraineté
par Patrice Geoffron
Septembre 2020

Cette étude se concentre sur la transition énergétique dite bas carbone. La capacité de cette transition à répondre à la demande de résilience et de renforcement de la base industrielle des Européens mérite attention : parce que la dépendance aux importations de pétrole et de gaz monte inexorablement, parce que l'ancrage dans l'Union européenne des actifs nécessaires à la délivrance de services énergétiques permettra de faire face à une diversité de chocs futurs (climatiques, géopolitiques…).

Lire l'étude
 

Relocaliser en France avec l'Europe
 

Relocaliser en France avec l'Europe
par Yves Bertoncini
Septembre 2020

Cette étude revient sur l'idée que les relocalisations, qui dépendent avant tout des entreprises, pourraient être encouragées par les autorités publiques, nationales et européennes. Il revient d'abord à la France de prendre les bonnes décisions afin de renforcer son attractivité, au même titre que ses partenaires européens. Mais l'Union européenne dispose aussi d'une série d'outils économiques, financiers et industriels qui sont autant d'atouts permettant de convaincre les investisseurs, notamment grâce au marché unique.

Lire l'étude
 

Relocaliser la production après la crise ?

Reshoring manufacturing after the Covid-19 outbreak?

Relocaliser la production après la pandémie ?
par Paul-Adrien Hyppolite
Septembre 2020

Cette étude montre que les relocalisations, entendues comme le rapatriement de productions autrefois réalisées sur notre territoire, devraient toutefois rester cantonnées à des cas très particuliers, pour motif impérieux et en l’absence d’alternatives plus efficaces comme le stockage, la diversification ou l’approvisionnement au niveau européen. La collectivité pourrait, par exemple, accepter de subventionner des lignes de production redondantes pour des biens essentiels en période de crise, tels certains équipements de santé ou des médicaments. Mais, en règle générale, nous gagnerions surtout à porter l’effort non pas sur la « relocalisation » des industries d’hier mais sur la « localisation » de celles d’aujourd’hui et de demain. S’il existe un secteur dans lequel nous accusons un retard manifeste et sommes pris dans des relations de dépendance qui pourraient se révéler problématiques, il s’agit sans nul doute de celui des nouvelles technologies. La prise de conscience de la nécessité de créer davantage de valeur sur le territoire européen en investissant massivement dans les technologies numériques en formant et en attirant les talents en science et ingénierie informatiques est aujourd’hui fondamentale.

Lire l'étude en français
Read the study in English
 

Relocaliser – Décarboner – Rapatrier

Entretien de Dominique Reynié dans Le Figaro :
« Sans réaction de notre part, les Gafam imposeront une orthodoxie idéologique »

Dominique Reynié

Le Figaro

par Guillaume Perrault
11 janvier 2021

En « débranchant les micros » de l'hôte de la Maison-Blanche de leur propre initiative, les grandes plateformes apportent la démonstration éclatante de leur pouvoir exorbitant sur nos vies, s'inquiète Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l'innovation politique.
Lire l’entretien en français

Before Covid-19, air transportation in Europe: an already fragile sector After Covid-19, air transportation in Europe: time for decision-making

The interview in English

A entrevista em português

Actualités


OGM et produits d''édition du génome : enjeux réglementaires et géopolitiques

OGM et produits d''édition du génome : enjeux réglementaires et géopolitiques
 

OGM et produits d’édition du génome : enjeux réglementaires et géopolitiques
par Catherine Regnault-Roger
Janvier 2020

Dans le cadre de notre série portant sur les agri agritechnologies et les biotechnologies, Catherine Regnault-Roger propose d’examiner les enjeux réglementaires, actuels et futurs concernant les organismes génétiquement modifiés (OGM) et les produits d’édition du génome (OGE), ainsi que l’incidence géopolitique résultant de la défiance qui, dans certains pays, accompagne l’apparition de ces biotechnologies. Les méthodes de modification du génome sont intimement liées à l’histoire des hommes, depuis les premiers balbutiements de l’agriculture au néolithique jusqu’au développement des thérapies géniques au cours du XXe siècle. À présent, les techniques employées sont issues des biotechnologies (transgénèse, mutagénèse, ainsi que les nouvelles techniques d’édition du génome regroupées sous le vocable de NBT, pour new breeding techniques) et suscitent un débat sociétal empreint d’inquiétude ou de rejet idéologique.

Lire l'étude en français
Read the study in English
 

Avant le Covid-19, le transport aérien en Europe : un secteur déjà fragilisé

Après le Covid-19, le transport aérien en Europe : le temps de la décision

Before Covid-19, air transportation in Europe: an already fragile sector

After Covid-19, air transportation in Europe: time for decision-making

 

Avant le Covid-19 le transport aérien en Europe : un secteur déjà fragilisé
et Après le Covid-19 le transport aérien en Europe : le temps de la décision
par Didier Bréchemier et Emmanuel Combe
Décembre 2020

Si les compagnies aériennes européennes ont été touchées de plein fouet par la crise du Covid-19, toutes ne sont pas logées à la même enseigne, que ce soit en termes de capacité de résistance ou d'accès aux aides publiques. En particulier, certaines compagnies « porte-drapeaux », comme Air France-KLM ou Lufthansa, dans une situation financière critique, ont été sauvées grâce au soutien des pouvoirs publics. A contrario, quelques grandes compagnies low cost, à l'image de Ryanair ou de Wizz Air, disposent d'une solidité financière suffisante qui leur permettra de surmonter la crise. La situation des compagnies middle cost, à l'image d'easyJet, apparaît plus incertaine. Notre thèse est que le marché européen, dans une situation déjà fragile avant la crise sanitaire, va probablement connaître un mouvement de restructuration au profit des acteurs low cost, suite à la faillite de petits opérateurs et à l'attrition des grandes compagnies historiques, contraintes de réduire leur voilure, à moins qu'elles n'adoptent résolument un modèle low cost sur le moyen-courrier.
Les low cost vont mettre à profit la crise pour opérer une croissance géographique et ainsi mieux mailler le continent européen. De leur côté, les grands opérateurs historiques seront certes sauvés par leurs États mais risquent toutefois d'être marginalisés demain s'ils n'accélèrent pas la transformation de leur modèle économique sur le moyen-courrier. Il y a une opportunité unique pour les compagnies historiques. Il leur faudra un soutien de toutes les parties prenantes pour qu'elles parviennent à une mise en œuvre effective de ces transformations.

Lire le premier volume en français
Read the first volume in English
Lire le second volume en français
Read the second volume in English

 

Covid-19 : la réponse des plateformes en ligne face à l'ultradroite

COVID-19: far right violent extremism and tech platforms'response
 

Covid-19 : la réponse des plateformes en ligne face à l'ultradroite
par Flora Deverell et Maygane Janin
Novembre 2020

La pandémie de Covid-19, les mesures de confinement qui en ont découlé ainsi que la propagation de la mésinformation et de la désinformation en ligne qui y sont liées sont des conditions idéales à exploiter pour certains acteurs malveillants. Les partisans de l'ultradroite, en particulier, ont rapidement saisi l'occasion offerte par la crise du Covid-19 pour ancrer leurs idées dans le débat public et recruter de nouveaux membres. Bien qu'elle se manifeste principalement en ligne, cette exploitation ne s'est pas limitée à la sphère virtuelle et s'est matérialisée dans des événements réels, par exemple dans le cadre de protestations contre les restrictions sanitaires et de plans d'attaques terroristes contrecarrés. Les changements apportés par le secteur technologique aux politiques de modération des contenus ont déjà des conséquences importantes pour l'avenir de la modération de contenus et de la liberté d'expression en ligne. Dans cette note, Tech Against Terrorism analyse comment les partisans de l'ultradroite ont exploité l'instabilité causée par la pandémie de Covid-19, et ce que la réponse du secteur technologique signifie pour la liberté d'expression en ligne et la responsabilité des plateformes.

Lire l'étude en français
Read the study in English
 

Glyphosate, le bon grain et l'ivraie

Glyphosate, separating the wheat from the tares
 

Glyphosate, le bon grain et l'ivraie
par Marcel Kuntz
Novembre 2020

Le glyphosate a longtemps été un herbicide considéré comme sans risque inacceptable pour la santé. En 2015, son classement « probablement cancérogène » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a changé la donne et, en 2017, l'Union européenne n'a renouvelé son autorisation que pour cinq ans – la France voulant même « sortir du glyphosate » en trois ans. Les agences officielles d'évaluation des risques ont pourtant contredit l'avis du CIRC et, comme tente de le montrer notre étude, cette divergence ne se comprend pas de manière satisfaisante sur un plan scientifique. En revanche apparaissent clairement un manque de neutralité idéologique du CIRC et des liens d'intérêts avec des avocats qui exploitent la loi sur la responsabilité délictuelle aux États-Unis, sur la base de l'avis du CIRC sur le glyphosate. En Europe, la thèse d'une contamination universelle de la population par cet herbicide a été propagée suite à des analyses d'urines de volontaires. La non-fiabilité des tests utilisés dans ces campagnes à caractère militant sera établie. De manière générale, l'influence de structures militantes d'apparence scientifique ainsi que les mises en cause des agences officielles posent problème en termes de gestion des risques par les pouvoirs publics et de perception publique. D'autant plus que des journalistes sont acteurs de la querelle, notamment autour de l'appréciation des preuves scientifiques pour les uns, et de l'influence supposée de Monsanto sur les chercheurs ou sur l'expertise scientifique du risque pour les autres.

Lire l'étude en français
Read the study in English
 

Décryptage


Yuan, dollar, euro : la guerre des trois aura-t-elle lieu ?

 

Yuan, dollar, euro : la guerre des trois aura-t-elle lieu ?
par Jean-Paul Betbeze
20 janvier 2021

Lire le décryptage
 

Anthropotechnie


L'ABC de l'ADN
 

Anthropotechnie

Podcast : L'ABC de l'ADN
 

Technologies du langage
 

Anthropotechnie

Conférence : Technologies du langage : la fin de la barrière des langues ?
 

Entre transhumanisme et humanité
 

Anthropotechnie

Lecture : Entre transhumanisme et humanité
 

La Fondation pour l'innovation politique vous recommande


La question SDF
 

La question SDF
par Julien Damon
puf, janvier 2021, 432 pages

Depuis une quarantaine d'années, les SDF sont ciblés par des dispositifs spécialisés. Typique des phénomènes d'hybridation de l'action publique, le système de prise en charge rassemble autour de l'État les associations, les collectivités locales, les médias et les sans-abri eux-mêmes.
L'institutionnalisation des dispositifs d'assistance, tout en retentissant sur l'architecture d'ensemble de la protection sociale, contribue ainsi à faire des SDF de véritables acteurs sociaux. L'analyse conjointe de l'action publique ciblée et de la catégorie à laquelle elle se destine permet une évaluation critique du « prioritarisme » (la priorité au plus défavorisé), du ciblage des politiques sociales et du partenariat dans la mise en œuvre des politiques publiques. À l'heure où le SDF est de plus en plus souvent un migrant et où les espaces publics peuvent devenir des lieux de confinement, la troisième édition de cet ouvrage désormais classique retrace l'histoire de l'un des devenirs citadins les plus marquants de la civilisation urbaine. Julien Damon est professeur associé à Sciences Po et membre du Conseil scientifique et d'évaluation de la Fondation pour l'innovation politique. Il est l’auteur de plusieurs études pour la Fondation pour l’innovation politique, dont Campements de migrants sans-abri : comparaisons européennes et recommandations (septembre 2019), Combattre la pauvreté des enfants (mai 2018) ou encore Mesures de la pauvreté, mesures contre la pauvreté (décembre 2016).

Plus d'informations
 

 

Événement

Intervention de Dominique Reynié au premier Sommet européen sur la radicalisation islamiste et la menace terroriste

Replay de l'intervention de Dominique Reynié

Le lundi 11 janvier 2021, le premier sommet européen sur la radicalisation islamiste et la menace terroriste a eu lieu, organisé par l'European Leadership Network (ELNET) en partenariat avec la Fondation pour l'innovation politique et la Fondation Jean Jaurès. Dominique Reynié est intervenu sur la thématique « L'islamisme, une crise politique pan-européenne ? » et est notamment revenu sur les résultats de l'étude Les attentats islamistes dans le monde 1979-2019, publiée en novembre 2019 par la Fondation pour l'innovation politique.
Sont également intervenus Manuel Valls, Premier ministre français (2014-2016), David Cameron, Premier ministre du Royaume-Uni (2010-2016), Marlène Schiappa, Ministre déléguée auprès du Ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté ainsi que Gérald Darmanin, Ministre de l'Intérieur, etc.
(Re)voir l'intégralité du Sommet européen sur la radicalisation islamiste et la menace terroriste
 


La Fondapol dans les médias

Le Monde

Yuka Koshino
How Japan can help the U.K. meet its China challenge

21 janvier 2021

Le Monde

Emmanuel Combe, Sarah Guillou
Il est urgent de redonner son véritable sens à la notion de souveraineté économique

20 janvier 2021

RTS

Sarah Guillou, Gultas Mehmet
Forum - Est-il possible d'échapper à la souveraineté économique ?

19 janvier 2021

BFM Business

Nicolas Doze, Emmanuel Combe
Les Experts : La pression de Bercy l'a emporté sur la fusion Carrefour/Couche-Tard

19 janvier 2021

LCI

Jean-Michel Aphatie, Dominique Reynié
Les mouvements à l'origine de l'arrivée de Trump demeurent

19 janvier 2021

Contrepoints

Frédéric Mas
Carrefour dégringole en bourse, la faute au « souverainisme économique »

19 janvier 2021

Le Figaro

Alexandre Devecchio
La défaite de Donald Trump signe-t-elle la fin du populisme ?

18 janvier 2021

L'Opinion

Emmanuel Combe
Souveraineté économique : « Une intervention de l'État se justifie mais elle doit rester l'exception »

18 janvier 2021

LCI

Bénédicte Le Chatelier, Dominique Reynié
« Trump attise-t-il la violence ? » et « Trump : les réseaux sociaux surpuissants ? »

13 janvier 2021

La Tribune

Didier Bréchemier, Emmanuel Combe
Transport aérien : vers un nouveau paysage en Europe ?

12 janvier 2021

Challenges

Dominique Reynié, Yves Calvi
« Une semaine pour éliminer Trump » et « La démocratie selon Twitter »

11 janvier 2021

B Smart

Emmanuel Combe, Stéphane Soumier
Aérien, vers le triomphe du low-cost

11 janvier 2021

Dalloz

Xavier Delpech
Covid-19, transport aérien et droit de la concurrence

11 janvier 2021

Le Figaro

Jean Chichizola
L'école, cible de prédilection du discours islamiste

11 janvier 2021

Challenges

Dominique Reynié, Yves Calvi
« Il était une fois l'autre Amérique… »

7 janvier 2021

Marianne

Ferghane Azihari
Feindre la nature de l'islam permet à cette religion d'échapper aux critiques

5 janvier 2021

Contrepoints

Michel Gay
Décarboner et relocaliser l'industrie grâce au nucléaire

4 janvier 2021

France Culture

Émilie Aubry, Dominique Reynié
L'Esprit Public - « France/2021 : Quel désir d'avenir et de politique ? / Monde : ces pays qui feront 2021 »

3 janvier 2021

Le Figaro

Manon Malhère
Dette : la question du remboursement divise économistes et politiques

22 décembre 2020


Soutenez les actions de la Fondation pour l'innovation politique

Le débat public a besoin de la Fondation et la Fondation a besoin de vous !
Grâce à votre soutien financier vous permettez à la Fondation d'assurer son indépendance et de conduire avec plus d'efficacité sa mission d'utilité publique. Son statut lui permet de recevoir des dons et legs selon le régime fiscal des fondations reconnues d'utilité publique.
Soutenez la Fondation


Rejoignez-nous

Vous souhaitez suivre au quotidien l'actualité de la Fondation pour l'innovation politique : rejoignez-nous sur Facebook, Twitter, Linkedin et Instagram.

Facebook  Twitter  Linkedin  Instagram

Vous recevez ce message car :

  • vous avez souhaité être tenu(e) au courant des activités de la Fondation pour l'innovation politique ;
  • vous avez participé à un événement organisé par la Fondation pour l'innovation politique. Vous serez automatiquement tenu(e) au courant des activités de la Fondation pour l'innovation politique ;
  • vous avez été en contact avec Dominique Reynié, Directeur général de la Fondation pour l'innovation politique, qui a souhaité vous tenir informé(e) des activités de celle-ci ;
  • nous pensons que nos travaux peuvent vous intéresser.

Si vous souhaitez ne plus recevoir ces informations, vous pouvez vous désinscrire.

Fondapol, 11, rue de Grenelle 75007 Paris.
madeleine.hamel@fondapol.org
www.fondapol.org