Cliquez ici si ce message ne s'affiche pas correctement
FondapolUn Think Tank libéral, progressiste et européen

fondapol.mag - 23 décembre 2020

Nous vous souhaitons de passer de belles fêtes de fin d'année, malgré le contexte difficile. Nous nous réjouissons de vous retrouver à la rentrée 2021 avec de nouvelles publications et de grands projets. Merci pour votre fidélité et votre soutien.

L'équipe de la Fondation pour l'innovation politique.

Nos études 2020
Our studies 2020

Nouvelle étude

Relocaliser en décarbonant grâce à l'énergie nucléaire
par Valérie Faudon
Décembre 2020

Relocaliser en décarbonant grâce à l'énergie nucléaire

La crise du Covid-19 a révélé la perte d'autonomie stratégique de la France par rapport à certains biens essentiels et rendu d'autant plus visible le décrochage industriel français sur les vingt dernières années, responsable non seulement d'une perte de souveraineté mais aussi certainement en partie de la fracture sociale et territoriale grandissante. Alors que le plan de relance présenté en septembre 2020 par le gouvernement accorde une importance particulière aux projets de relocalisations, cette étude s'intéresse aux avantages que représentent les installations nucléaires et la filière nucléaire française dans son ensemble pour les politiques de relocalisation et, au-delà, de réindustrialisation.
Elle démontre notamment que le nucléaire est en France un outil de souveraineté permettant de résister aux chocs énergétiques, un facteur de compétitivité-coût favorisant l'attractivité internationale du pays pour les industriels et un vecteur de compétences, terreau d'une possible réindustrialisation au cœur des territoires. Finalement, la filière nucléaire française est un opérateur clé de la décarbonation en France et présente des atouts certains, non seulement parce que l'empreinte carbone des produits et services est amenée à devenir un nouveau facteur de compétitivité mais aussi parce qu'elle permet à notre pays de se placer dans la course au carburant vert et de se positionner dans les secteurs de demain gros consommateurs d'électricité, tels celui des data centers.

Lire l'étude

Relocalisations : laisser les entreprises décider et protéger leur actionnariat
 

Relocalisations : laisser les entreprises décider et protéger leur actionnariat
par Frédéric Gonand
Septembre 2020

Le mouvement de relocalisations industrielles observé depuis quelques années dans les pays développés pourrait gagner en ampleur sans l'intervention des pouvoirs publics. L'efficacité économique commande de préserver la décision des chefs d'entreprise. Cependant, compte tenu de la concurrence qui devrait émerger entre pays européens pour accueillir les relocalisations industrielles, des mesures de soutien à l'industrie et à l'attractivité sont nécessaires en France. Par ailleurs, des entreprises non européennes bénéficient d'aides de leur État, facilitant leur prise de contrôle d'entreprises européennes. La promotion d'une souveraineté industrielle européenne tirerait profit de l'émergence de « champions européens », fût-ce au prix d'une limitation de la concurrence en Europe.
Lire l'étude
 

Europe : la transition bas carbone, un bon usage de la souveraineté
 

Europe : la transition bas carbone, un bon usage de la souveraineté
par Patrice Geoffron
Septembre 2020

Cette étude se concentre sur la transition énergétique dite « bas carbone ». La capacité de cette transition à répondre à la demande de résilience et de renforcement de la base industrielle des Européens mérite attention : parce que la dépendance aux importations de pétrole et de gaz monte inexorablement, parce que l'ancrage dans l'Union européenne des actifs nécessaires à la délivrance de services énergétiques permettra de faire face à une diversité de chocs futurs (climatiques, géopolitiques…), parce que l'actuel modèle énergétique fait peser sur les Européens des pollutions délétères dont le coût collectif représente plusieurs points de PIB chaque année, parce que l'Union européenne est en quête de leadership industriel et qu'aucune autre option ne présente un tel potentiel.
Lire l'étude
 

Relocaliser en France avec l'Europe
 

Relocaliser en France avec l'Europe
par Yves Bertoncini
Septembre 2020

Cette étude rappelle que les relocalisations, qui dépendent avant tout des entreprises, pourraient cependant être encouragées par les autorités publiques, nationales et européennes. Il revient d'abord à la France de prendre les bonnes décisions afin de renforcer son attractivité, au même titre que ses partenaires européens, mais l'Union européenne dispose aussi d'une série d'outils économiques, financiers et industriels qui sont autant d'atouts permettant de convaincre les investisseurs, notamment grâce au marché unique.
Lire l'étude
 

Relocaliser la production après la crise ?

Relocaliser la production après la crise ?
par Paul-Adrien Hyppolite
Septembre 2020

Les relocalisations, entendues comme le rapatriement de productions autrefois réalisées sur notre territoire, devraient rester cantonnées à des cas très particuliers, pour motif impérieux et en l'absence d'alternatives plus efficaces comme le stockage, la diversification ou l'approvisionnement au niveau européen. En règle générale, nous gagnerions surtout à porter l'effort non pas sur la « relocalisation » des industries d'hier mais sur la « localisation » de celles d'aujourd'hui et de demain, notamment les nouvelles technologies.
Lire l'étude
 


Dans le contexte de la pandémie qui renouvelle les interrogations sur la globalisation, la Fondation pour l'innovation politique publie une série d'études sur les relocalisations. D'autres notes viendront compléter cette série.

Relocaliser – Décarboner – Rapatrier

Études actualisées

Avant le Covid-19, le transport aérien en Europe : un secteur déjà fragilisé Après le Covid-19, le transport aérien en Europe : le temps de la décision
Before Covid-19, air transportation in Europe: an already fragile sector After Covid-19, air transportation in Europe: time for decision-making

Avant le Covid-19. Le transport aérien en Europe : un secteur déjà fragilisé

Après le Covid-19. Le transport aérien en Europe : le temps de la décision

par Emmanuel Combe et Didier Bréchemier
Décembre 2020 [Version actualisée]

Si les compagnies aériennes européennes ont été touchées de plein fouet par la crise du Covid-19, toutes ne sont pas logées à la même enseigne, que ce soit en termes de capacité de résistance ou d’accès aux aides publiques. En particulier, certaines compagnies « porte-drapeaux », comme Air France-KLM ou Lufthansa, dans une situation financière critique, ont été sauvées grâce au soutien des pouvoirs publics. A contrario, quelques grandes compagnies low cost, à l’image de Ryanair ou de Wizz Air, disposent d’une solidité financière suffisante qui leur permettra de surmonter la crise. La situation des compagnies middle cost, à l’image d’easyJet, apparaît plus incertaine. Notre thèse est que le marché européen, dans une situation déjà fragile avant la crise sanitaire, va probablement connaître un mouvement de restructuration au profit des acteurs low cost, suite à la faillite de petits opérateurs et à l’attrition des grandes compagnies historiques, contraintes de réduire leur voilure, à moins qu’elles n’adoptent résolument un modèle low cost sur le moyen-courrier.
Les low cost vont mettre à profit la crise pour opérer une croissance géographique et ainsi mieux mailler le continent européen. De leur côté, les grands opérateurs historiques seront certes sauvés par leurs États mais risquent toutefois d’être marginalisés demain s’ils n’accélèrent pas la transformation de leur modèle économique sur le moyen-courrier. Il y a une opportunité unique pour les compagnies historiques. Il leur faudra un soutien de toutes les parties prenantes pour qu’elles parviennent à une mise en oeuvre effective de ces transformations.

Lire le premier volume en français
Read the first volume in English

Lire le deuxième volume en français
Read the second volume in English

Actualités


La dépendance, une question de vie ou de mort

 

La dépendance, une question de vie ou de mort
par Alain-Gérard Slama
17 décembre 2020

Comme l’avait déjà admirablement perçu le regretté Albert Memmi, notre grand problème contemporain n’est autre que la « dépendance ». Inévitable, voire souhaitable en tant qu’elle est inséparable des progrès de l’État-providence, elle est aliénante dans la mesure où elle prévient à notre place non seulement les conséquences de nos risques mais aussi nos prises de risque elles-mêmes. La pente de l’excès des normes préventives, même inspiré des meilleures intentions, est de faire perdre à l’individu le sens de sa responsabilité, au point de lui épargner, pour reprendre les termes d’Alexis de Tocqueville, « jusqu’à la peine de vivre ». Et, de fait, sous le choc de la pandémie actuelle, la dépendance est devenue une question de vie ou de mort.

Lire le décryptage

 

Nuclear energy: changing the balance of power?

 

Immigration in France: « a refuge for all is a refuge for none » - an interview with Didier Leschi
by Eugénie Bastié
11 December 2020

“It is our first-line reception of asylum seekers that has drawn criticism. It is very clear that there is room for improvement. However, we are also faced with the consequences of trying to do things too well… In order to contribute meaningfully to the issue of asylum, the European Union must ensure that decisions are mutually recognised moving forward.”, Didier Leschi.
The original interview, translated in English here, was published in French in the Figaro newspaper on 25 November 2020. Didier Leschi is the Director General of the French Office for Immigration and Integration (OFII). He is the author of the book Ce grand dérangement. L'immigration en face [This great upheaval. Focus on immigration] (Gallimard, coll. “Tracts”, 2020) and of the study Migrations : la France singulière.

Read the article

 

Migrations : la France singulière

 

Migrations : la France singulière
par Didier Leschi
Octobre 2018

Sur la question migratoire, la France occupe une position singulière, souvent mal perçue dans les débats publics. Alors que certains estiment que notre pays a tourné le dos à l'accueil, d'autres, au contraire, considèrent que trop de personnes entrent en France de manière légale, soit parce qu'elles ont un droit acquis au séjour, en particulier dans le cadre du regroupement familial, soit pour y demander l'asile. Or, en 2015 et 2016, les migrants eux-mêmes portaient sur notre situation économique une appréciation négative que ne contrebalançaient pas les avantages que peut offrir notre pays une fois le statut de réfugié obtenu. C'est pourquoi, lors de leur entrée massive en Europe en 2015, le choix de la France n'a pas été spontanément privilégié. Ce n'est donc pas en raison d'une politique plus stricte que les flux vers la France ont été plus faibles. De même, ce n'est pas en raison d'une politique plus laxiste que ces flux sont récemment devenus plus importants.

Lire l'étude

 

Nuclear energy: changing the balance of power?

 

Nuclear energy: changing the balance of power?
by Marco Baroni
December 2020

Nuclear power has been a major low-carbon source of electricity production for decades, ensuring affordable and reliable energy to millions around the world. Today, the nuclear industry is still very active. Innovation is being pursued on numerous fronts, from new generation types to small modular reactors, and from experimental reactors to nuclear fusion. The centre of gravity of nuclear deployment has shifted markedly in recent years from advanced to emerging and developing economies and is set to continue as they double their market share in global nuclear capacity over the next twenty years. Energy security, low-carbon electricity generation and reliability are crucial elements underpinning this deployment. On the back of strong and consistent domestic deployment programmes, Russia is currently the largest exporter of nuclear technology, and China is set to become a major player as well. Advanced economies – once the major player and exporter – are now facing the ageing of their fleets, the evaluation of lifetime extensions and the need for new construction.

Read the study

 

Glyphosate, le bon grain et l'ivraie

Glyphosate, separating the wheat from the tares
 

Glyphosate, le bon grain et l'ivraie
par Marcel Kuntz
Novembre 2020

Le glyphosate a longtemps été un herbicide considéré comme sans risque inacceptable pour la santé. En 2015, son classement « probablement cancérogène » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a changé la donne et, en 2017, l'Union européenne n'a renouvelé son autorisation que pour cinq ans – la France voulant même « sortir du glyphosate » en trois ans. Les agences officielles d'évaluation des risques ont pourtant contredit l'avis du CIRC et, comme tente de le montrer notre étude, cette divergence ne se comprend pas de manière satisfaisante sur un plan scientifique. En revanche apparaissent clairement un manque de neutralité idéologique du CIRC et des liens d'intérêts avec des avocats qui exploitent la loi sur la responsabilité délictuelle aux États-Unis, sur la base de l'avis du CIRC sur le glyphosate. En Europe, la thèse d'une contamination universelle de la population par cet herbicide a été propagée suite à des analyses d'urines de volontaires. La non-fiabilité des tests utilisés dans ces campagnes à caractère militant sera établie. De manière générale, l'influence de structures militantes d'apparence scientifique ainsi que les mises en cause des agences officielles posent problème en termes de gestion des risques par les pouvoirs publics et de perception publique.

Lire l'étude en français
Read the study in English
 

Une mosquée mixte pour un islam spirituel et progressiste

An integrated mosque for a spiritual and progressiste  islam

An integrated mosque for a spiritual and progressiste  islam
 

Une mosquée mixte pour un islam spirituel et progressiste
par Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay
Février 2019

L'émergence d'un islam spirituel et progressiste, encouragée par les auteures de cette note, est attendue par un grand nombre de Français musulmans. C'est une demande de liberté au sein de leur foi, qui offre les jalons d'un cheminement spirituel nourri par la modernité. Cette vision s'inscrit dans le projet d'un lieu de culte, la mosquée Sîmorgh, qui consacrerait un certain nombre de principes fondateurs. Dans cette mosquée, les femmes sont imams et dirigent tous les offices, y compris celui des hommes. La prière rituelle y est mixte. Toute musulmane et tout musulman peut diriger la prière si elle ou il le souhaite. Il n'y a donc pas d'imam référent. Toute femme, y compris imam, est libre de porter ou non un voile. Tous les sermons sont en français, incitant à une véritable appropriation de l'islam par les Français musulmans, leur permettant une compréhension approfondie du discours en offrant la possibilité de passer les messages religieux au crible de l'esprit critique. Enfin, les musulmans de toute obédience y sont les bienvenus. Ce projet est porté par le mouvement Voix d'un islam éclairé (V.I.E.), fondé en septembre 2018 par les deux auteures de cette note et soutenant une conception d'un islam situé entre la fidélité à ses héritages et l'ouverture à l'avenir.

Lire l'étude en français
Read the study in English
Lire l'étude en arabe
 

L'Imam est une femme

The Imam is a woman
 

L'imam est une femme
Octobre 2019

C'est avec émotion et fierté que l'équipe de la Fondation pour l'innovation politique a assisté à la première prière musulmane mixte en France, le 7 septembre 2019 à Paris. Près de quatre-vingt-dix fidèles étaient présents. Femmes et hommes, dans une quasi-parité, ont prié ensemble. Le port du voile n'était pas obligatoire, la moitié des femmes présentes ne le portaient pas. Les sermons furent prononcés en français et les formules en arabe ont été systématiquement traduites pour assurer la compréhension du discours.
Ce temps de prière musulman était dirigé par Anne-Sophie Monsinay et Eva Janadin, coauteures de la note Une mosquée mixte pour un islam spirituel et progressiste, publiée par la Fondation pour l'innovation politique.
Dans ce document, la Fondation pour l'innovation politique revient sur le chemin parcouru, de la publication de l'étude en février 2019, à la première prière musulmane mixte en septembre 2019.

Lire le document en français
Read the document in English
 

Anthropotechnie


Table ronde : le cosmos, un univers humain ?
 

Anthropotechnie

Aadhaar : en Inde, identification biométrique pour 1,3 milliard d'individus
 

Auto-transformation des humains : questions d'hier et d'aujourd'hui
 

Anthropotechnie

Quand des auteurs de science-fiction imaginent, pour l'armée, les conflits de 2030 ou de 2060
 

 

Événement

(Re)voir la rencontre avec Éric Lombard, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, sur le thème « Relocalisations et territoires ».

(Re)voir la rencontre avec Éric Lombard

Le mercredi 2 décembre 2020, la Fondation pour l'innovation politique a organisé une rencontre avec Éric Lombard, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, sur le thème « Relocalisations et territoires », rediffusée en direct sur Facebook.
Retrouvez cette visioconférence en replay sur fondapol.org
 


La Fondapol dans les médias

France Culture

Emmanuel Laurentin, Dominique Reynié
Le Temps du débat - « Peut-on survivre en politique sans être un.e politique ? »

21 décembre 2020

LCI

Dominique Reynié, Amélie Carrouer
En toute franchise - « Mila, symbole d'une lâcheté ? » et « Vaccin : la France trop prudente ? »

13 décembre 2020

Le télégramme

Thierry Mestayer, Dominique Reynié
Dominique Reynié : « L'abstention élevée peut faire basculer dans le populisme »

9 décembre 2020

Contrepoints

Frédéric Mas
Projet de loi contre le séparatisme : la laïcité contre l'islamisme radical

9 décembre 2020

Réussir

D'après Agra
Glyphosate : un échec « collectif » pour Macron

8 décembre 2020

Libération

Anne-Sophie Monsinay, Eva Janadin, Lucile Boiron, Virginie Bloch-Lainé
Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay, éclairantes

7 décembre 2020

Challenges

Dominique Reynié, Yves Calvi
Casser les casseurs…

7 décembre 2020

France Culture

Aurélie Filippetti, Dominique Reynié, Émilie Aubry, Sylvie Kauffmann
L'Esprit Public - « De VGE à Macron : le centre est-il une illusion ? » / « GB : un perturbateur nommé Boris Johnson »

6 décembre 2020

JDD

Anne Vidalie, Anne-Sophie Monsinay, Eva Janadin
Le combat d'Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay, les deux premières femmes imames de France

6 décembre 2020

Le Monde

Claire Gatinois
Confinement : l'exécutif face à l'avalanche des demandes de réouvertures

3 décembre 2020

Financial Times

David Keohane, Victor Mallet
Emmanuel Macron seeks quick escape from security law fiasco

2 décembre 2020


Soutenez les actions de la Fondation pour l'innovation politique

Le débat public a besoin de la Fondation et la Fondation a besoin de vous !
Grâce à votre soutien financier vous permettez à la Fondation d'assurer son indépendance et de conduire avec plus d'efficacité sa mission d'utilité publique. Son statut lui permet de recevoir des dons et legs selon le régime fiscal des fondations reconnues d'utilité publique.
Soutenez la Fondation


Rejoignez-nous

Vous souhaitez suivre au quotidien l'actualité de la Fondation pour l'innovation politique : rejoignez-nous sur Facebook, Twitter, Linkedin et Instagram.

Facebook  Twitter  Linkedin  Instagram

Vous recevez ce message car :

  • vous avez souhaité être tenu(e) au courant des activités de la Fondation pour l'innovation politique ;
  • vous avez participé à un événement organisé par la Fondation pour l'innovation politique. Vous serez automatiquement tenu(e) au courant des activités de la Fondation pour l'innovation politique ;
  • vous avez été en contact avec Dominique Reynié, Directeur général de la Fondation pour l'innovation politique, qui a souhaité vous tenir informé(e) des activités de celle-ci ;
  • nous pensons que nos travaux peuvent vous intéresser.

Si vous souhaitez ne plus recevoir ces informations, vous pouvez vous désinscrire.

Fondapol, 11, rue de Grenelle 75007 Paris.
contact@fondapol.org
www.fondapol.org